Une infection urinaire est une infection qui peut toucher une ou plusieurs parties du système urinaire : les reins, les uretères, la vessie et l’urètre. Elle se manifeste le plus souvent par des douleurs ou une sensation de brûlure lors de la miction (= l’émission de l’urine), parfois par des douleurs abdominales et de la fièvre.

Voici les principales fonctions des différentes parties du système urinaire :

  Les reins assurent la filtration du sang. Ils permettent l’élimination des déchets et jouent également un rôle important dans la régulation des liquides corporels et de la pression sanguine.

  Les uretères sont de petits canaux qui permettent le passage de l’urine des reins à la vessie.

  La vessie fait office de réservoir d’urine.

  L’urètre conduit l’urine de la vessie à l’extérieur du corps.

Types d’infections urinaires

On distingue 3 types d’infections urinaires, selon la localisation de l’infection.

  La cystite. De loin la forme d’infection urinaire la plus courante, la cystite touche presque uniquement les femmes. Il s’agit de l’inflammation de la vessie. La plupart du temps, l’inflammation est provoquée par la prolifération de bactéries intestinales de type Escherichia coli, qui sont nombreuses aux environs de l’anus. Les bactéries passent de la région anale et vulvaire à la vessie en remontant l’urètre. Tout ce qui gêne la vidange de la vessie augmente le risque de cystite. La cystite s’accompagne toujours d’une urétrite, l’inflammation de l’urètre.

  L’urétrite. Si l’infection touche uniquement l’urètre (le conduit qui relie la vessie au méat urinaire), on l’appelle urétrite. Il s’agit d’une infection transmissible sexuellement (ITS) courante chez les hommes, mais les femmes peuvent aussi en souffrir. Différents agents infectieux peuvent causer l’urétrite. Les plus communs sont la chlamydia et le gonocoque (la bactérie responsable de la gonorrhée). Chez l'homme, l'urétrite peut s'accompagner d'une prostatite (infection de la prostate).

  La pyélonéphrite. La pyélonéphrite est une affection plus grave. Elle désigne l’inflammation du bassinet (la cavité du rein collectant les urines) et du rein lui-même. Celle-ci résulte généralement d’une infection bactérienne. Il peut s’agir d’une complication d’une cystite non traitée ou mal traitée qui conduit à la prolifération des bactéries de la vessie vers les reins. La pyélonéphrite aiguë survient surtout chez la femme, et principalement la femme enceinte. Elle est aussi fréquente chez les enfants qui ont une malformation urétérale provoquant un reflux de l'urine de la vessie vers les reins.

Prévalence

La fréquence des infections urinaires dépend de l’âge et du sexe. Les femmes sont beaucoup plus touchées que les hommes, car l’urètre de la femme, plus court que celui de l’homme, facilite la contamination de la vessie par les bactéries. On estime qu’en Amérique du Nord, de 20 % à 40 % des femmes ont déjà eu au moins une infection urinaire. Beaucoup de femmes en contracteront plusieurs au cours de leur vie. Environ 2 % à 3 % des femmes adultes auraient une cystite chaque année.

Tandis que les hommes jeunes sont peu touchés par cette affection, les hommes d’âge mûr qui sont atteints de troubles de la prostate en sont plus à risque.

Quant aux enfants, ils sont plus rarement touchés. Environ 2 % des nouveau-nés et des nourrissons contractent des infections urinaires. Ce sont surtout les bébés de sexe masculin qui présentent une anomalie des voies urinaires qui en souffrent. À l’âge de 6 ans, 7 % des filles et 2 % des garçons ont présenté au moins une fois une infection urinaire19.

Une question   d’anatomie

Chez la femme, la proximité entre   l’anus et le méat urinaire (l'orifice externe de l'urètre) facilite   grandement l’accès de l’urètre aux bactéries intestinales provenant du   rectum, comme Escherichia coli. Par ailleurs, l’urètre féminin étant   très court (à peine 4 cm), cela facilite l’accès des bactéries à la   vessie. En outre, la grossesse et l’usage d’un diaphragme comme moyen   contraceptif augmentent le risque d’infection urinaire.

Chez l’homme jeune, l’infection   urinaire (urétrite, surtout) est souvent liée à l'activité sexuelle. Chez un   homme plus âgé, elle est plus souvent associée à des troubles de la prostate.   Ainsi, lorsqu’un homme de plus de 50 ans est atteint d'une infection   urinaire, cela est presque toujours lié à une hypertrophie bénigne de la prostate ou à une inflammation qui empêche la   vessie de se vider complètement.

Chez les enfants, l’infection urinaire   peut être le signe d’une anomalie anatomique du système urinaire et doit   absolument être traitée par un médecin afin d’éviter que les troubles   urinaires ne deviennent chroniques.

De manière générale,   lorsqu’une personne est atteinte d’un problème chronique aux voies urinaires   (malformation anatomique, maladie des reins ou de la vessie, calculs ou   « pierres » dans les urines), il n’est pas rare qu’elle souffre   d’infections récurrentes.

• Quelles sont les causes anatomiques des infections urinaires?

Chez la femme, la région anale et l'urètre sont anatomiquement très proches. De plus, à l'inverse de l'homme, l'urètre chez la femme est très court. Chez l'homme, les infections urinaires sont dues à un obstacle à l'écoulement de l'urine (hypertrophie prostatique, calcul des voies excrétrices) qui entraîne une stagnation de celle-ci favorisant la prolifération microbienne.

• Quels sont les modes de contamination des urines?

Normalement, il y a 1000 bactéries/ml d'urine, sans que cela n'ait de conséquence pathologique si toutefois les mictions sont régulières pour éviter l'accumulation d'urine dans la vessie. Ainsi, la contamination des urines chez la femme est le plus souvent liée à des germes intestinaux du fait de l'anatomie du périnée. Toutefois, l'infection des urines peut être secondaire à une infection vaginale consécutive à un rapport contaminant, ce qui justifie une hygiène locale rigoureuse.

• Quelles sont les circonstances favorisantes des infections urinaires?

Certaines sont médicales, comme le diabète, qui fait disparaître la sensation de brûlure mictionnelle ; les traitements immunosuppresseurs ou anticancéreux, qui sont un facteur favorisant de toutes les infections. D'autres sont dues à l'âge. Après 50 ans chez l'homme, l'hypertrophie de la prostate est la cause la plus fréquente. Chez les sujets âgés ou très âgés, la déshydratation par manque de sensation de la soif est le plus souvent à l'origine de la rétention d'urine responsable de l'infection. À l'inverse, l'incontinence sphinctérienne diges­tive ou urinaire favorise considérablement les risques de contamination. Pour mémoire, les atteintes neurolo­giques de la queue de cheval * font perdre toute sensation de plénitude vésicale.

• Faut-il avoir peur des infections urinaires?

Chez l'enfant, elles peuvent être médicalement graves. Une infection chez l'enfant doit systématiquement être explorée pour chercher une malformation des voies urinaires, le plus souvent un reflux vésico-urétéral ou un rétrécissement de la jonction entre le bassinet qui collecte l'urine et l'uretère qui la draine dans la vessie. Ces malformations doivent être traitées chirurgicalement de façon très pré­coce, sinon elles peuvent entraîner à la longue la perte fonctionnelle d'un rein, voire des deux si elles sont bilatérales, menant à terme à l'insuffisance rénale chronique et ses traitements: l'hémodialyse et/ou la transplantation rénale.

Chez l'adulte, les infections urinaires sont très fréquentes, notamment chez la femme. Souvent banales, elles sont faciles à traiter mais peuvent être parfois graves, voire mortelles, quel que soit le sexe.

• Quand faut-il s'inquiéter?

Lorsqu'une infection urinaire s'accompagne de fièvre. Cela signifie que, outre l'atteinte des voies urinaires, l'infection a gagné un organe satellite: l'un ou les deux reins (pyélonéphrite), et/ou la prostate chez l'homme (prostatite).

Traitement

Chez Mouleikafouf les infections urianires sont traitées avec les produits naturels suivants: Antibio Tisane, Uro Bacte Tisane, Gonoco Tisane 

Informations supplémentaires